Lisez-vous le belge ?

Tous les professionnels actifs dans les différents secteurs du livre s’unissent contre la crise du Covid-19 par le biais d’une campagne appelée « Lisez-vous le belge ? ». Cette campagne vise à revaloriser les métiers de la chaîne du livre durement touchés lors du premier confinement et de la première vague liée au coronavirus. En effet, la chaîne a été cassée, rompue. Vous n’imaginez pas ce que l’absence d’un maillon peut briser ! Si les auteurs continuaient à écrire, la date de parution de leurs livres était repoussée, les presses des imprimeurs se sont tues et des romans en manque de lecteurs sont restés cantonnés, confinés dans des cartons. Le livre était en léthargie.

Puis, enfin le déconfinement est arrivé ! Le livre était mort, vive le livre ! La réouverture des librairies a permis aux romans, documents, biographies, bandes dessinées et bien d’autres d’être redécouverts comme un besoin essentiel tout comme la culture.

La campagne « Lisez-vous le belge » a ainsi vu le jour. Elle a pour but de nous faire redécouvrir la littérature belge à travers ses auteurs, écrivains et poètes mais aussi ses illustrateurs, ses scénaristes qu’ils soient néerlandophones ou francophones.

C’est avec grand enthousiasme que je me joins à cette initiative et je me réjouis d’avance de vous faire partager mes coups de cœur en littérature belge jusqu’au 25 décembre : Georges Simenon, Quentin Gréban, Gontran Toussaint, Hergé, Bart Van Loo pour son livre « Les Téméraires. Quand la Bourgogne défiait l’Europe », Barbara Abel, Emile Verhaeren, Maurice Carême, Jean Ray pour son roman « Malpertuis ». Je vous ferai part aussi de la littérature belge en général. Alors, restez bien connectés et surtout cultivez-vous !

Qu’ils viennent du nord ou du sud, tous ces gens ont offert et offrent encore à notre pays une littérature tellement riche et font la fierté de la Belgique !