Louisiana. La couleur du sang

Léa Chrétien est française et Gontran Toussaint est belge. Elle a scénarisé et mis en couleur ce premier album de « Louisiana. La couleur du sang » et lui l’a dessiné. Ils ont tous les deux suivi un parcours d’études à l’École Supérieure des Arts Saint-Luc à Liège. Deux artistes se sont trouvés et, de cette rencontre, la trilogie « Louisiana. La couleur du sang » a vu le jour.

Cette histoire se passe au XIXe siècle à la Nouvelle-Orléans et met en scène la vie des propriétaires d’une plantation de canne à sucre dont l’existence se mêle à celle de toute une population : des gens de couleur qu’ils soient noirs ou blancs, des esclaves, des personnes de confession catholique ou d’autres pratiquant le culte vaudou. En 1961, Louise, une dame âgée arrivant à la fin de sa vie, nous narre le destin de ces hommes et de ces femmes guidés par la haine et par l’amour.

L’expressivité des dessins rendent encore plus bouleversant le récit déjà émouvant. Je ne suis pas une spécialiste en la matière, mais j’ai l’impression que les auteurs se sont inspirés de Jean Van Hamme et de Servais pour l’expression des personnages et de Sambre pour la couleur surtout lorsque la source de lumière est faible telle qu’une bougie ou un coucher de soleil à la Nouvelle-Orléans. La lueur qui se reflète alors sur les murs ou dans le ciel lie le jaune, l’orange et le rouge, la couleur du sang.

Si mon sentiment est exact, Léa Chrétien et Gontran Toussaint sont les dignes héritiers de ces grands noms de la bande dessinée belge.

Titre : « Louisiana. La couleur du sang » (tome 1/3)

Auteurs : Léa Chrétien et Gontran Toussaint

Editions : Dargaud

Année : 2019

N.B. :

Psst ! Je dis ça, je dis rien mais la sortie du tome 2 est prévue pour fin janvier 2021.

Photo de couverture prise par Sébastien Van Laeken