La poésie francophone en Belgique : la Wallonie

Si la Flandre a eu de grands poètes, la Wallonie n’est pas en reste. Étant d’origine gembloutoise, j’attire votre attention aujourd’hui sur un fameux auteur de poésie et trois poètes gembloutois.

Le premier poète et non des moindres que je mets en avant est Maurice Carême. Originaire de Wavre, il commence à écrire ses premières poésies vers 19 ans, inspiré par une amie d’enfance. L’écriture est une révélation pour lui. Il sera poète en plus d’être instituteur. Il crée également une revue pour les jeunes auxquels il est très attaché. Il est surnommé « le poète de l’enfance » car la jeunesse, les enfants, les adolescents font partie de ses thèmes de prédilection en poésie. Le titre de « Prince en poésie » lui est décerné au « Café Procope », célèbre établissement littéraire de Paris. À la fin de sa vie, Maurice Carême crée une fondation qui porte son nom afin d’assurer la pérennité de son œuvre et la conservation de ses archives. De plus, il souhaite que les jeunes découvrent la poésie à travers sa maison, lieu de vie et havre de paix pour les enfants et les adolescents. Le poète décède en 1978.

À une vingtaine de kilomètres de la ville natale de Maurice Carême se situe Gembloux, terre de poésie dont les poètes se nomment Andrée Sodenkamp, Jean-Pierre Verheggen ou Émilie Decamp.

Née d’un père hollandais et d’une mère belge, Andrée Sodenkamp vit à Bruxelles. Institutrice de formation, elle est nommée en 1936 régente littéraire à l’ « Athénée de l’État » à Gembloux et enseigne l’histoire, la géographie, le français et la littérature. À 44 ans, elle publie son premier recueil de poésies sous l’égide de Maurice Carême. Ses textes ont pour thèmes la vie quotidienne, sa vie de femme, la fête, le temps qui passe, le plaisir de vivre et d’avoir vécu. En 1959, elle devient inspectrice des bibliothèques jusqu’en 1971. Andrée Sodenkamp s’éteint en 2004.

Un autre poète gembloutois est Jean-Pierre Verheggen, amoureux de la langue française et des jeux de mots. L’humour et la dérision sont ses maîtres mots en matière de poésies. Il fut professeur de français à l’ « Athénée Royal de Gembloux ». En 1990, le ministre de la culture de l’époque, Bernard Anselme, l’engage comme conseiller, et en 1992, le service de la « promotion des Lettres françaises de Belgique » le charge de missions spéciales.

Enfin, Émilie Decamp est une poétesse de 30 ans. Elle a déjà publié six recueils de poésies, un recueil de textes épistolaires et deux romans. L’humain, les relations entre les gens, la vie en général sont les thèmes abordés dans ses œuvres. Après des études de journalisme, elle travaille en tant qu’attachée de communication tout en continuant à écrire.

Œuvres poétiques :

Maurice Carême (1899-1978) :

  • « Chansons pour Caprine » (1930)
  • « Petite Flore » (1937)
  • « L’eau passe » (1952)

Émilie Decamp (1990-…) :

  • « À l’aube de la vie » : 2 tomes (2008)
  • « Micro Âme » (2014)

Andrée Sodenkamp (1906-2004) :

  • « Des oiseaux à tes lèvres » (1950)
  • « Sainte terre » (1954)

Jean-Pierre Verheggen (1942-…) :

  • « Un jour, je serai Prix Nobelge » (2013)
  • « Ma petite poésie ne connaît pas la crise » (2017)